COMMENT REUSSIR EN MLM ?

Lire cette vidéo sur YouTube.

La vente multiniveau ou, selon qui l’emploie, marketing relationnel, marketing à paliers multiples, vente en réseau par cooptation, vente par réseau coopté (V.R.C.), marketing de réseau, etc., en anglais multi level marketing ou MLM, est une structure du réseau de vente dans laquelle les revendeurs (ou distributeurs) peuvent parrainer de nouveaux vendeurs, et être alors en partie rémunérés par une commission évaluée en pourcentage sur les ventes des recrues. La vente multiniveau élimine les coûts liés au recrutement et à la formation mais aussi les dépenses de publicité en lui substituant le bouche à oreille.

La vente multiniveau proprement dite a été inventée aux États-Unis en 1940 et popularisée dans les années 1950 par la société Tupperware. Elle est présente dans presque tous les paysLa vente pratiquée par tout procédé consistant à donner gratuitement ou à faire des réductions sur des biens ou des services à la condition de collecter des adhésions ou des inscriptionsnote 2.
Le fait de rémunérer les adhérents en fonction du nombre de personnes qu’ils ont recrutées ou inscritesnote 3, dans le cas où l’adhésion ou l’inscription nécessite le versement d’une contrepartie quelconquenote 4.
Le fait d’obtenir d’un adhérent le versement d’une somme, et ce pour quelque raison que ce soitnote 5, lorsque ce versement donne des avantages ou contribue à la rémunération d’un ou de plusieurs adhérentsnote 6 du réseaunote 7.
« Le fait d’obtenir d’un adhérent l’acquisition d’un stock de marchandises destinées à la revente sans garantie de reprise du stock aux conditions de l’achat, déduction éventuellement faite d’une somme n’excédant pas 10% du prix correspondant. »1 Cette garantie de reprise pouvant « être limitée à une période d’un an après l’achat »1.
La fédération de la vente directe (organisation patronale2) organise et fédère la vente multiniveau[réf. nécessaire]. Les adhérents sont les entreprises au premier niveau, mais elle assiste aussi les vendeurs[réf. nécessaire].

Les vendeurs peuvent obtenir un statut de Vendeur à domicile indépendant ou un statut d’indépendant et depuis 2009 peuvent opter pour le statut d’auto-entrepreneur.

Dans le cas où l’activité est occasionnelle et dans la limite d’un certain plafonds de revenus, ils peuvent avoir le statut de salarié dont les cotisations sociales sont versées par la société mère[réf. nécessaire]. Le vendeur dépend alors du régime général de la sécurité sociale. L’activité du vendeur peut être considérée comme relevant de la micro-entreprise quand il a le statut d’indépendant et que le chiffre d’affaires est inférieur au plafond fiscal.

Le vendeur doit émettre un bon de commande avec ses coordonnées et celles de son fournisseur; il doit respecter le délai de réflexion de sept jours de ses clients. Le statut de vendeur à domicile indépendant (VDI) est un statut d’assimilé salarié et la société est responsable de ses agissements commerciaux quand il la représente[réf. nécessaire] ; ce statut ne convient pas aux vendeurs ayant un produit ou service à forte commission (comme dans l’immobilier, par exemple) du fait de la limite du chiffre d’affaires plus faible encore que pour le statut d’auto-entrepreneur.

La vente directe est souvent présentée comme une alternative ou un plan B financier qui peut rester au stade de revenus complétant les fins de mois, ou peut devenir un plan de carrière viable[réf. nécessaire].